La construction du métro

Scrollez vers le bas ou utilisez les touches haut et bas de votre clavier
La construction des tunnels, compte tenu de l'état du terrain, peut se faire au moyen de six méthodes différentes : palpanches métalliques, fouilles blindées, parois moulées dans le sol, pieux sécants, congélation ou bouclier.
La congélation
Le procédé consiste à réaliser dans le terrain des murs portants et étanches, ainsi que des voûtes, par congélation du sol. Entre ces "murs de glace", il est possible de déblayer et de construire des ouvrages en béton armé. La congélation est produite à l'aide de tubes disposés en rideaux, par forage dans le sol, et à l'intérieur desquels circule une saumure à -25°C en provenance de groupes frigorifiques. La température des terres est abaissée à environ -11°C.
La Dame Blanche
Alors que les ouvriers s'affairaient à réaliser les murs de glace sous l'immeuble Côte d'Or, afin d'y assurer la réalisation des fouilles, une odeur de chocolat flottait à la surface. Le chantier fut donc tout naturellement surnommé la "Dame Blanche" ou "le chocolat glacé".
Un tibia de rhinocéros laineux et une omoplate de mammouth !
Le sous-sol bruxellois réserva bien d'autres surprises aux constructeurs du métro. Du côté de la Gare du Midi, les scientifiques exhumèrent dans les alluvions de la Senne, datant du quaternaire, une omoplate de mammouth, des cornes de boeuf et de grand cerf et même un morceau de crâne et un tibia de rhinocéros laineux.
L'évolution du réseau en 3 dates-clé
1976 : le « vrai » métro débarque à Bruxelles
Le 20 septembre 1976, la première rame de métro s’élance sur l’axe est-ouest du réseau souterrain de la STIB. Le « vrai » métro fait ainsi son entrée dans la capitale. Quelques jours plus tard, le réseau souterrain de la STIB poursuit son extension. Le 4 octobre 1976, c’est en effet au tour de l’axe Nord-Sud de pré-métro (exploité en tramways) d’être mis en service.
1988 : la Petite Ceinture convertie en métro
La conversion de la ligne 2 (Petite Ceinture) en métro, en 1988, permet le développement d’un véritable réseau de métro, en multipliant les possibilités de connexions (à Arts-Loi dans le centre et Simonis à l’Ouest).
2009 : La boucle est bouclée !
Au printemps 2009, une nouvelle étape clé dans le développement du réseau de métro est franchie avec le bouclage de la ligne 2, qui formait jusqu’alors un fer à cheval suivant le pourtour de la Petite Ceinture. Un nouveau schéma d’exploitation réorganise dès lors le métro bruxellois, qui passe de 3 à 4 lignes et donne au réseau sa configuration actuelle :

La ligne 1 (Stockel – Gare de l’Ouest)
La ligne 2 (Simonis – Simonis)
La ligne 5 (Herrmann-Debroux – Erasme)
La ligne 6 (Roi Baudouin – Elisabeth)

Ce site n'est visible qu'en mode paysage.

Ce site n'est pas visible sur les écran dont la largeur est inférieure à 768 pixels.